Rechercher
  • Fairouz GUEDIRA

TEMOIGNAGE TERRAIN : QUAND L’ESS (l’Economie Sociale et solidaire) SE LIBERE !

Dernière mise à jour : 26 janv.

L'aventure ARES


Le groupe ARES a un idéal véhiculé au quotidien : contribuer à une société où chacun a sa place et une conviction forte : personne n’est inemployable, même des profils très éloignés de l’emploi.

L’association s’adresse à toutes les populations en situation de forte exclusion et accompagne aujourd’hui plus de 950 personnes par an en utilisant divers dispositifs d’insertion par le travail : entreprise d’insertion, CAVA (Centre d’adaptation à la vie active), chantier d’insertion, entreprise adaptée.


En 2016, le Directeur Général, Thibaut Guilluy découvre le livre de de Frédéric Laloux, « Réinventing organisation » et en tire la conviction qu’il doit engager son organisation dans une démarche « libérante ». Il offre le livre à chaque membre du comité de direction et leur demande s’ils sont prêts à s’engager dans l’aventure !

Un Directeur Général, moteur de la transformation

Une équipe de 200 membres permanents accompagnent 1000 salariés en insertion et ne ménagent pas leur énergie. Cette équipe de permanents est littéralement au service des salariés.


Ce surengagement peut devenir critique et il devient urgent « prendre soin de ceux qui prennent soin », avec à la clé, que chacun puisse exprimer son plein potentiel, avec plus de responsabilité et de collaboration.


Thibaut GUILLUY sait qu’il sera un des premiers impactés par les évolutions qu’il initie : à l’époque, la structure est très pyramidale, et la prise de décision est largement centralisée.

L’enjeu est important pour cette association qui doit assurer son développement économique.


L’ensemble des directeurs adhèrent au projet et en août 2016, ARES décide de se transformer, sans avoir alors clairement identifié le cap ou le cadre de la démarche.


Ares et sa transformation : Un cheminement par petits pas


La démarche adoptée est très pragmatique, avec de petits pas, en apprenant des erreurs et des écueils rencontrés.



2016


La première étape a été l’organisation d’un séminaire avec l’ensemble des collaborateurs sur le bien-être au travail, suivi par un travail sur les « petits cailloux, les problèmes du quotidien. Ont été remontés par exemple des difficultés que la direction ne soupçonnait pas : des problèmes d’accès internet ou d’utilisation des téléphones portables. On a donné un smartphone à chacun. Ainsi, grâce à de petites actions concrètes, chacun peut travailler dans de bonnes conditions. permet de vous exprimer.


2017

- Un chantier sur les signes de pouvoir a été lancé : voiture de fonction, taille des bureaux. Des flex-office ont été mis en place, les responsables d’équipe sont installés avec leurs collaborateurs. Le DG donne son bureau comme salle de réunion.


- Formation « Communication bienveillante » : 100 % des effectifs sont passés par cette formation, dont la méthodologie est issue de la communication non violente. Un séminaire de 3 jours est mis en place pour 100 % des effectifs pour apprendre à communiquer de manière bienveillante, pour éviter les malentendus et les conflits. Cette formation initiale est depuis complétée tous les ans par un « recyclage » en équipe.


- Une mission valeurs a permis de confirmer les grands principes du groupe ARES : confiance, responsabilité et être soi. A noter qu’aujourd’hui la question s’exprime différemment qu’à l’époque : responsabiliser davantage les collaborateurs qui sont en parcours d’insertion.


- Des learning experience sont lancées pour aller à la rencontre de sociétés qui avaient déjà mis en œuvre des organisations « libérées ».


- Implication plus large dans les recrutements : un processus complètement collaboratif a été mis en œuvre, permettant d’avoir l’avis des équipes, avec un principe d’équivalence. Lors d’une consultation, chaque personne compte et chaque avis a la même pertinence, quel que soit le niveau hiérarchique. Bien sûr, ce processus est plus long, il est important d’en informer les candidats et de gérer quelques surprises, comme un candidat ne comprenant pas que l’entretien soit conduit par son éventuel N-2.


- L’ouverture du réseau informatique et transparence des informations : toutes les informations sont rendues publiques sauf un ou 2 sujets RH confidentiels. L’information était ouverte et disponible mais elle n’était pas pour autant lisible par tous. Savoir lire un budget n’est pas une compétence que tout le monde possède. Des formations à la compréhension des chiffres ont été dès lors proposées.

2018

Un accompagnement par un consultant externe alors que jusqu’à présent, le groupe Ares avait avancé seul sur sa transformation.


- Des formations en intelligence collective sont proposées aux volontaires et une équipe a été constituée pour être mis à disposition d’autres entités du groupe. Il s’agit à la fois de sensibiliser tous les salariés permanents et de former des facilitateurs internes.


- Coaching individuel : le coaching est proposé à tous et a été tellement « banalisé » qu’il est proposé aujourd’hui à tous les nouveaux embauchés.


- Organisation d’équipes en cercle : toutes les initiatives ont été encouragées. Au début, seules certaines équipes ont démarré, à l’occasion du départ d’un responsable. L’équipe se « sentait » de répartir le rôle du manager et de travailler en équivalence.

2019

- Mise en place de Consult’Ares : instance représentative de l’ensemble des collègues du groupe, qui peut émettre un avis éclairé sur les évolutions significatives impactant la vie du groupe et les projets. Consult’Ares n’a pas vocation à prendre des décisions, et les avis ne font pas office de loi.


- Fixer une vision commune avec la Boussole : Le cercle de la Boussole est un groupe représentatif des salariés permanents accompagné par un administrateur, il est au service des nouveaux modes de coopération : il en fixe le cadre et le cap. Il définit les règles communes au sein desquelles chacun peut expérimenter et coopérer en accord avec ses envies et ses besoins.


Aujourd’hui le groupe ARES consolide sa transformation et rayonne grâce à son équipe de facilitateurs internes, Facilit’Ares en partageant de nombreux exemples au sein du groupe et à l’extérieur. Ils sont à l’origine de nombreux échanges avec des organisations déjà engagées ou qui souhaitent s’engager sur un processus d’entreprise libérée et témoignent avec beaucoup de générosité sur leurs parcours.


Merci à Claudine Leclerc et Hortense Doux pour leur témoignage inspirant.



Fairouz Guédira

5 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout